Une amitié littéraire : l’Albanie rêvée de Guillaume Apollinaire et Faik Konica

|

Guillaume Apollinaire va découvrir l’Albanie par sa correspondance avec l’essayiste et écrivain Faik Konica. Un pays et un peuple auxquels le poète va s’attacher et dont il forgera une image littéraire, particulièrement intense et dramatique.

Par Arta Seiti Ce texte est initialement paru sur le blog d’Arta Seiti. Nous le reproduisons avec son autorisation. Au fil de mes lectures sur la Grande Guerre, mon attention s’est trouvée comme aimantée par l’histoire de l’amitié entre Guillaume Apollinaire et Faik Konica (1875-1942), essayiste et écrivain, une grande personnalité de la culture albanaise qui a vécu en exil. Ce compagnonnage littéraire entre deux auteurs, loin d’être déraciné, est consacré par une correspondance riche et suivie. Cette relation épistolaire donne à entendre le dialogue entretenu par deux intellectuels qui s’interrogent et se répondent sur l’Albanie. De multiples (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous