Turquie : législatives anticipées sous haute tension

| |

Cinq mois après les législatives du 7 juin qui n’ont pas permis de dégager de majorité, les Turcs retournent aux urnes dimanche dans une ambiance délétère. La campagne a été marquée par l’attentat le plus meurtrier de l’histoire du pays, et la Turquie est plus polarisée que jamais, alors que le sud-est à majorité kurde connaît une situation de guerre civile larvée.

Par Alexandre Billette « L’amour comme au premier jour » : c’est le slogan du Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) à l’occasion de ce scrutin anticipé qui doit élire les 550 députés de la Grande Assemblée nationale. En réalité, le parti au pouvoir depuis treize ans tente surtout de reconquérir le cœur des électeurs, après avoir essuyé en juin dernier le pire résultat de l’histoire de la formation : avec 41% des voix, l’AKP a perdu une cinquantaine de députés et, pire encore, la majorité des sièges au Parlement. Les résultats du scrutin du 7 juin ont été une véritable gifle pour le président Recep Tayyip Erdoğan qui, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous