SEEMO

Turquie : le pouvoir met la pression sur les journalistes qui couvrent les manifestations

|

Depuis le début de la vague de manifestation, les attaques contre la liberté de la presse se sont multipliées en Turquie. Les journalistes turcs sont régulièrement battus et emprisonnés et le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, a accusé les médias étrangers de « fabriquer des informations », afin de mener « une conspiration contre la Turquie ».

Par Steven M. Ellis L’IPI (International Press Institute) et le SEEMO (South East Europe Media Organisation), ont condamné, le 19 juin, la campagne de répression menée contre les journalistes couvrant les manifestations en Turquie. Retrouvez notre dossier : Turquie : Erdoğan a-t-il gagné la bataille de Taksim ? « Nous sommes profondément choqués du nombre de journalistes qui sont frappés, emprisonnés arbitrairement et forcés d’effacer leurs images. Nous sommes également perturbés par les rapports qui prouvent l’hostilité du pouvoir turc envers les journalistes. Nous demandons au gouvernement de respecter le rôle des médias, qui sont (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous