Danas

Trafic d’organes en Albanie : il n’y avait « pas assez de preuves » pour ouvrir une enquête

| |

Le Tribunal Pénal International a confirmé qu’une enquête préliminaire avait bien été lancée au sujet du trafic d’organes des Serbes du Kosovo détenus en Albanie en 1999, mais les preuves récoltées étaient insuffisantes pour rédiger un acte d’accusation. Au-delà des réactions émotionnelles et passionnelles, une seule conclusion s’impose à la lecture du livre de Carla Del Ponte : il faut ouvrir une nouvelle enquête.

Par RD (avec l’agence Beta) Olga Kavran, porte-parole du Procureur général du TPI, a déclaré que la Minuk avait informé le Parquet de La Haye en 2002 et en 2003 sur les allégations prétendant que « les personnes kidnappées au Kosovo avaient été transférées en Albanie pour se faire extraire les organes ». D’après Olga Kavran, le Parquet du TPI aurait compris que les autorités serbes de l’époque étaient également informées. « L’enquête préliminaire concernant ces accusations a été menée en coopération avec la Minuk et les autorités albanaises. En dépit de tous les efforts déployés, les enquêteurs n’ont pas réussi à rassembler des preuves valables, capables de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous