Le Courrier des Balkans

Trafic d’organes de l’UÇK : « Le rapport ne dit rien de nouveau »

| |

La Commission des questions juridiques de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a demandé une série d’enquêtes internationales et nationales. Les suspects sont des groupes liés au crime organisé et aux milieux politiques au Kosovo. Les indices : disparitions, trafic d’organes, corruption et collusion. « Ce qui est nouveau, c’est qu’on en parle », juge le sénateur suisse Dick Marty, qui a enquêté sur l’affaire.

Par Philippe Bertinchamps. « Traitement inhumain de personnes et trafic illicite d’organes humains au Kosovo ». Le rapport de Dick Marty a été adopté, jeudi matin, en commission par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). Il sera débattu en séance plénière le 25 janvier à Strasbourg. « Tout ce que j’ai à dire, je l’ai dit dans mon rapport » Ce document met en cause l’actuel Premier ministre du Kosovo, Hashim Thaçi dans la protection, sinon l’organisation, de réseaux criminels qui se seraient livrés au trafic d’organes humains et auraient contrôlé « de façon violente » le commerce d’héroïne et d’autres stupéfiants. Le travail de deux (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous