Birn

Trafic d’organes au Kosovo : la Serbie accuse la MINUK d’avoir dissimulé des preuves

| |

La Serbie accuse la MINUK de lui avoir menti à propos du supposé trafic d’organes de Serbes du Kosovo kidnappés en Albanie. La MINUK aurait bien mené une enquête sur cette affaire et aurait détruit des preuves essentielles. Le Procureur spécial serbe pour les crimes de guerre affirme détenir les preuves de ce mensonge.

La mission des Nations Unies au Kosovo, la Minuk, a menti à la Serbie lorsqu’elle a été interrogée dans le cadre de l’enquête portant sur les allégations de trafic d’organes - apparemment prélevés sur des personnes appartenant à la minorité serbe pendant le conflit au Kosovo -, a affirmé Bruno Vekarić, le porte-parole du Procureur spécial de Serbie pour les crimes de guerre. L’ancienne Procureur général du TPIY Carla Del Ponte avait écrit dans ses mémoires, publiés en 2008, que son équipe avait enquêté sur des allégations selon lesquelles quelque 300 Serbes, détenus en Albanie, avaient subi des prélèvements d’organes dans une clinique improvisée dans le nord de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous