BIRN

TPI : Radovan Karadžić gagne du temps, les victimes s’exaspèrent

| |

Radovan Karadžić était absent lors de l’ouverture de son procès le 26 octobre, au grand désarroi et à la colère des victimes. Le boycott des ouvertures de procès semble devenir une mode chez les accusés du TPI, qui laissent ainsi les victimes de leurs crimes et la justice dans une attente parfois longue et toujours douloureuse.

Pour les victimes des crimes de guerre et leurs familles de Bosnie-Herzégovine, le retard dans le procès de Karadžić, refusant de comparaître devant le tribunal, joue avec les sentiments des survivants et n’est qu’une stratégie « pour gagner du temps ». « Nous pensons que le TPIY a tous les moyens et mécanismes d’assurer un procès efficace même si le prévenu refuse de comparaître devant la cour. Mais la procédure n’aura pas l’effet que nous attendions du procès du siècle et l’un des plus importants devant le TPIY », a déclaré Edin Ramulić, de l’Association Izvor des femmes de Prijedor. La semaine dernière Radovan Karadžić avait annoncé à la Chambre du TPIY (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous