TPI : des ONG des Balkans se mobilisent pour soutenir Florence Hartmann

|

Des organisations de défense des droits de la personne de tous les pays de l’ancienne Yougoslavie se mobilisent pour défendre la journaliste et ancienne porte-parole du Tribunal pénal international de la Haye, accusée par le TPI d’avoir livré des informations confidentielles dans son ouvrage Paix et Châtiments paru en 2007.

Dans l’affaire du procès de la journaliste Florence Hartmann, qui comparait devant le Tribunal pénal international de La Haye (TPI) pour la publication de décisions confidentielles de la Cour d’appel prises durant le procès de Slobodan Milošević, des organisations de défense des Droits de la personne basées dans les États de l’ancienne Yougoslavie veulent souligner que le contenu de ces décisions avait pourtant déjà fait l’objet de bon nombre de reportages dans la presse, et cela après que la Cour de justice ait prononcé son jugement en février 2007, dans l’affaire opposant la Bosnie-Herzégovine à la Serbie pour génocide. Or les raisons pour lesquelles (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous