Oslobodenje

TPI : comment la bureaucratie internationale conduit la justice à la faillite

| |

Le juge Geoffrey Nice vient de provoquer un scandale en affirmant que Carle Del Ponte se serait entendue avec Belgrade pour dissimuler certaines preuves des crimes commis. Cette affaire donne l’occasion au quotidien de Sarajevo Oslobodjenje de dresser un véritable réquisitoire contre le TPI, dont les buts initiaux ont été pervertis par une bureaucratie internationale incompétente et fondamentalement raciste.

Par Emir Suljagic Le juge Geoffrey Nice, qui était notamment chargé de conduire le procès contre Slobodan Milosevic, a adressé une lettre au quotidien Jutarnji List de Zagreb. Il affirme que la Procureure générale du Tribunal de La Haye Carla Del Ponte a passé un arrangement avec Belgrade pour cacher à l’opinion publique et faire disparaître de l’histoire les preuves du rôle de la Serbie dans les crimes commis en Bosnie-Herzégovine et en Croatie. Cette lettre dépasse, par sa portée, l’acte moral d’un juriste professionnel. Cette lettre n’est peut-être pas importante par elle-même, mais elle est essentielle pour nous, qui attendons encore quelque chose (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous