Vijesti

TPI : Belgrade ne coopère pas, l’Union européenne se fâche

| |

Le commisaire européen pour l’élargissement Ollie Rehn a communiqué après sa rencontre avec Carla Del Ponte, procureure en chef du TPI, le 19 janvier, que l’interruption des négociations avec la Serbie-et-Monténégro était une alternative possible. Il veut que les autorités de Belgrade prennnent ce message au sérieux pour que l’EU ne soit pas obligé de prendre cette démarche.

Ollie Rehn a souligné que la mauvaise coopération de Belgrade avec le TPI aurait des conséquences négatives sur le développement des négociations concernant l’accord de stabilisation et d’association avec la Serbie-et-Monténégro. D’après lui, il est impossible d’imaginer le succès de ces négociations sans une pleine coopération de Belgrade avec le TPI. « La Serbie doit choisir entre un passé nationaliste et un avenir européen. J’espère qu’elle choisira l’avenir européen », a dit Ollie Rehn. Après la rencontre avec Ollie Rehn, Carla Del Ponte a communiqué aux journalistes sa conviction que Ratko Mladic était en Serbie, protégé par une partie de l’armée. « Je (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous