pajol

Slovénie : histoire et lutte des « effacés » de la citoyenneté

|

En 1992, la République de Slovénie a procédé à « l’effacement » légal, c’est-à-dire à la mort civile de milliers d’individus. Il s’agit de personnes originaires d’autres républiques ex-yougoslaves, résidant de longue date en Slovénie, mais qui n’ont pas obtenu la citoyenneté slovène après l’indépendance. On compte aussi parmi eux de nombreux Rroms. Ce long déni de justice a été condamné par la Cour constitutionnelle de Slovénie, mais sans que cela n’améliore la situation des personnes concernées.

Par Les Effacés Le 26 Février 1992, le ministère de l’Intérieur a effacé des milliers de personnes des Registres des Permanents Résidents en République de Slovénie (des sources officielles de ce ministère ont avancé le nombre de 18 305 personnes, bien que d’autres sources affirment qu’il est bien supérieur). Avant l’instauration du nouvel État, tous les résidents de la république slovène étaient égaux devant la loi - notre citoyenneté yougoslave nous conférait à tous les droits civils et politiques. L’effacement des registres, qui a joué un rôle dans la formation du nouvel Etat et du corps citoyen en 1991/92, peut être interprété (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous