Reporter

Slovénie : entretien avec Ciril Ribicic, dernier président de la Ligue communiste

| |

« Lorsqu’il s’exprimait à la télévision, Milosevic regardait droit dans les
yeux la caméra. Nous n’étions que des figurants, et ses hommes se
chargeraient de nous régler notre compte. Il était comme en transe, mais,
lorsqu’on cessait de le filmer, il redevenait un interlocuteur normal. »

Propos recueillis par Suzana Milicic « Avant de quitter la salle, nous nous sommes arrêtés un moment Kucan, Sonja Lokar et moi. Nous étions de très mauvaise humeur. Je leur ai chuchoté : faisons comme si nous avions gagné, sourions-leur. Seul Stane Brovec et quelques Slovènes membres de la Ligue communiste yougoslave et de l’armée étaient restés dans la salle. Sonja Lokar a écrasé une larme. » Ce témoignage est extrait du livre de Ciril Ribicic, « Je les ai aimés ». Cet ancien dirigeant des communistes slovènes est aujourd’hui juge et professeur de droit constitutionnel. Il décrit le dernier congrès de la Ligue communiste, la fin de la Yougoslavie. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous