Danas

Serbie : un outil pour les femmes victimes de discrimination au travail

| |

Les activités de la Section des femmes du syndicat Nezavisnost entrent dans leur 4e année. À la fin de 1998, encore sous Milosevic, toutes sortes de regroupements et d’associations non gouvernementales fleurirent car, à l’époque, il s’agissait à peu près de la seule forme possible de protestation et de lutte en faveur des droits de l’homme - et des femmes. Après Milosevic, confrontées à l’impitoyable période de transition économique, sociale et politique du pays, les femmes ont continué de ressentir le besoin de s’organiser.

Quel était notre but ? D’une part, nous voulions - et voulons toujours, avec l’ensemble de notre syndicat - contribuer à créer une nouvelle Serbie, différente et démocratique et où vivrait dans l’égalité chaque personne humaine. D’autre part, nous avons voulu profiter d’un aspect positif de la mondialisation, à savoir la solidarité féminine internationale. Notre Section des femmes fait partie de la Confédération internationale des syndicats libres (MKSS) et nombre de nos activités sont initiées ou supportées par ce réseau. Sans cette solidarité internationale, l’une de nos principales activités, la ligne d’aide téléphonique pour les femmes victimes de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous