Radio Slobodna Evropa

Serbie : un monument pour se souvenir de ceux qui n’ont pas voulu faire la guerre

| |

Durant les conflits des années 1990, ils sont des dizaines de milliers a avoir refusé de porter les armes, à avoir refusé de partir au combat. Longtemps, ce sujet est resté tabou en Serbie, mais une sociologue de Novi Sad, Janja Beč, propose aujourd’hui d’élever un monument à la mémoire de ces déserteurs.

Par Branka Mihajlović Vingt ans après la fin des conflits qui ont déchiré l’ancienne Yougoslavie, la Serbie est-elle prête à se souvenir de ceux qui n’ont pas voulu prendre les armes ? De ceux qui ont jeté leur fusil et qui sont rentrés chez eux ? La sociologue Janja Beč de Novi Sad a récemment proposé d’élever un monument aux déserteurs des années 1990, à ceux que l’on évite toujours d’évoquer en Serbie. En signe de protestation et de révolte, on estime que 40.000 soldats mobilisés, et entre 100 et 200.000 hommes auraient, de diverses manières, évité de faire la guerre. « Mon initiative est d’ériger un monument aux déserteurs en Voïvodine. Pour bien (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous