Danas

Serbie : taxes, cigarettes et financement occulte des partis politiques

| |

Une nouvelle polémique a enflammé le Parlement serbe fin janvier : le Parti socialiste de Serbie (SPS), partenaire de la coalition gouvernementale, a fait passer un amendement prévoyant des taxes plus élevées sur les marques étrangères de cigarettes, même si elles sont produites en Serbie. Cet amendement aurait été « inspiré » par Predrag Ranković Peconi, propriétaire de la firme Monus, financeur occulte du SPS. Le professeur Vladimir Goati analyse les carences de la loi sur le financement des partis. Entretien.

Propos recueillis par Snežana Čongradin Dejan Stanković, le directeur de la compagnie Monus, propriétaire de la fabrique de cigarettes d’Indjija, a assisté à la séance du Parlement de Serbie qui débattait de l’amendement déposé par le Parti socialiste de Serbie (SPS) à propos des taxes sur les cigarettes. C’est un indice de plus du grand intérêt que portait à cette loi Predrag Ranković Peconi, propriétaire de Monus. Cependant, les séances parlementaires sont ouvertes à tous, et la présence de Dejan Stanković ne saurait suffire à prouver que Peconi a corrompu les députés qui ont voté pour cette proposition contestée. Predrag Ranković Peconi est considéré comme (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous