Danas

Serbie : rupture consommée au sein de l’extrême droite

| |

La scission est consommée au sein du Parti radical serbe (SRS). Avec le soutien d’une dizaine d’autres députés, Tomislav Nikolić a formé lundi un nouveau groupe parlementaire, Napred Srbijo. Dès le lendemain, il a été exclu du parti, dont le contrôle a été repris, sur consigne de Vojislav Šešelj, par Dragan Todorović et Gordana Pop Lazić. Le secrétaire général du SRS, Aleksandar Vučić, hésite encore à trancher entre les deux factions rivales. Le film des événements et des déclarations.

Par S. Biševac, M.R. Milenković Tomislav Nikolić n’a pas voulu s’exprimer sur la position du secrétaire général du parti, Aleksandar Vučić, se contentant de dire que celui-ci « était favorable à l’idée que le parti devait être dirigé selon les principes qui prévalaient à sa fondation ». Il a reconnu qu’il était toujours en contact avec Aleksandar Vučić, affirmant que ce dernier lui aurait dit que sa démission était « honorable ». Tomislav Nikolić n’a pas voulu s’expliquer sur les soutiens qu’il espère obtenir s’il crée un nouveau parti, ajoutant qu’il n’en avait encore parlé à personne, mais que des émissaires de la direction du SRS avaient déjà (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous