Education, justice et santé à l’encan

Serbie : les services publics sacrifiés sur l’autel de l’austérité

| |

Moins d’enseignants, moins de médecins, moins de juges : voici ce que veut imposer le gouvernement, alors que le système de santé serbe est devenu l’un des pires d’Europe, que la justice est toujours plus lente et que l’éducation est en crise. L’accès des citoyens à ces services publics de base est désormais compromis.

Par Matija Jovanović Fin mai 2015, la ministre de l’Administration publique, Kori Udovički, a annoncé le licenciement de 9 000 employés du secteur public. Cette mesure fait partie intégrante de la politique d’austérité menée ces dernières années. Il s’agirait, selon les mots de la ministre, de « la seule manière de guérir la Serbie et de créer des emplois dans l’économie ». Elle a bien entendu négligé de préciser quel était le lien de causalité exact entre le licenciement d’employés du secteur public et la création de nouveaux emplois, ce d’autant plus que ce gouvernement, tout comme le précédent, mène une politique selon laquelle ce sont les personnes (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous