Le Courrier des Balkans

Serbie : quand le théâtre a rendez-vous avec les luttes sociales

| |

Autrefois, à l’époque de la Yougoslavie socialiste, le 1er mai était la grande fête des travailleurs. Aujourd’hui, ce jour férié « comme les autres » est surtout l’occasion de barbecues en famille ou entre amis. Le collectif Kroz Prozor Fabrika a pourtant choisi d’aller faire du théâtre dans les usines... Reportage.

Par Kassia Aleksić Pour la quatrième édition de son festival « Que l’on vive, vive le travail », l’association Ravnopravnost proposait un Premier-Mai alternatif, soit « autre chose que de manger des brochettes et boire de la bière ». Au programme, la tragi-comédie « Je ne peux pas payer, je ne vais pas payer » (« Nemam da platim, necu da platim »), du théâtre indépendant Kroz Prozor Fabrika (« A travers la fenêtre de l’usine »). Le lieu est symbolique : l’usine PENPHARM, une bâtisse encore vide, construite en 2010 par 46 travailleurs de l’ancienne usine pharmaceutique Jugoremedija. Privatisée en 2001, les ouvriers de cette usine ont obtenu 58% des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous