Vijesti

Serbie : « Les tchétniks modernes sont des monstres »

| |

Le dernier roman de Marko Vidojkovic fait scandale à Belgrade. Évoquant les manifestations démocratiques de 1996-1997, il dénonce l’apathie actuelle de la société serbe, le poids du nationalisme, du fascisme et du cléricalisme. Rencontre avec le jeune écrivain serbe.

Propos recueillis par Vujica Ognjenovic « Griffes », le roman du jeune écrivain de Belgrade Marko Vidojkovic, édité par B92, a divisé la critique littéraire serbe en deux camps. Les uns disent que le roman est courageux, les autres l’accusent de propager le discours de la haine. Il est sûr que la sensibilité urbaine de Marko Vidojkovic a réveillé la scene littéraire serbe encroûtée dans son oisiveté. Les lecteurs ont dévoré le roman : trois éditions se sont vendues en quelques mois. L’action de « Griffes » se situe à l’époque des protestations citoyennes 1996-97. Le personnage principal est étudiant en troisième année de droit, participant enthousiaste des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous