Blic

Serbie : les « parrains » contrôlent toute l’économie

| |

L’économie serbe est mal en point : les « tycoons », les parrains de la mafia locale, ont été les seuls bénéfiaires de la « transition ». Ils ont mis en place des monopoles qui font baisser le pouvoir d’achat des citoyens et qui empêchent la création d’emplois, pourtant nécessaire à la relance économique. Cette situation va à l’encontre des règles de la concurrence, et instaure une « dictature de l’argent sale ». De surcroît, la logique des privatisations ne sert qu’à remplir les caisses vides de l’État, sans se soucier des exigences du service public.

Par Slobodan Vučetić Le siège de la Compagnie Delta à Belgrade Le démantèlement du système socialiste et l’introduction du capitalisme en Serbie sont intervenus dans de conditions politiques, économiques et juridiques extrêmement irrégulières, à l’époque des guerres et des sanctions économiques internationales. Une première accumulation de capital s’est produite dans ce contexte, aboutissant à l’avènement d’un capitalisme « sauvage », fondé avant tout sur les profits de guerre, les capitaux provenant d’affaires spéculatives, de la criminalité et de divers monopoles. Les héritiers du régime Milošević Les changements survenus depuis la révolution d’octobre (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous