Vreme

Serbie : la vie est ailleurs

| |

C’est une génération qui a suivi une éducation professionnelle et
terminé ses
études à la faculté, qui adorait les cafés et les vacances sur la
côte croate.
Ces hommes et ces femmes ont fait preuve de beaucoup de volonté et
d’endurance
pour tenter de modifier les choses. Certains sont restés, d’autres nous
envoient des e-mails de l’étranger.

Par Biljana Vasic « J’ai 32 ans, je vis en Serbie, je suis célibataire et je n’ai pas de travail. Aujourd’hui j’aienglouti un nombre record de calories dans mon organisme » : Ainsi pourrait commencer le journal d’une Bridget Jones serbe, d’une jeune fille belgradoise fatiguée. « Ma religion est surtout d’être « protestante » : je croyais fermement à l’issue positive des protestations contre le régime au pouvoir. Je participe aux meetings depuis dix longues années », poursuit-elle. Elle fait une triste confession, d’une manière irrésistiblement charmante, empreinte d’un humour exubérant et d’un cynisme très serbe. Mais cela n’est pas (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous