BIRN

Serbie : la réforme des services secrets va enfin commencer

| |

Durant des années, les services secrets serbes ont été un pilier fidèle et précieux du régime Milošević, échappant à tout contrôle légal. Rade Bulatović, le chef de l’Agence pour la sécurité et le renseignement (BIA), ancien homme-lige de Milošević, avait ensuite transféré sa fidélité à Vojislav Koštunica, qu’il a finalement trahi, en ne l’informant pas des tractations entre le DS et les Socialistes... Bulatović a été « remercié » par un poste d’ambassadeur en Grèce, tandis que le nouveau chef des services, Saša Vukadinović, est bien décidé à les réformer en profondeur. En aura-t-il les moyens ?

Par Aleksandar Vasović Le 18 juillet 2008, l’ancien chef de l’Agence pour la sécurité et le renseignement de Serbie (BIA) a remis les dossiers entre les mains de son successeur, Saša Vukadinović, juriste et ancien chef du département de la sécurité publique du ministère de la Justice. Selon le protocole établi, Rade Bulatović a présenté à Saša Vukadinović une liste des enquêtes en cours, l’a initié aux archives et l’a informé sur les opérations secrètes en cours, y compris l’opération qui visait à l’arrestation du suspect pour crimes de guerre tant recherché, Radovan Karadžić. Rade Bulatović, un ancien fidèle du Président Milošević et de l’ancien Premier (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous