Danas

Serbie : la formation du nouveau gouvernement otage du Kosovo

| |

Les grandes tractations politiques ont commencé à Belgrade. Avec qui le DSS de Kostunica s’alliera-t-il ? Avec les Radicaux ou les forces démocratiques ? En fait, ni le DSS ni le Parti radical ne veulent devoir signer la perte du Kosovo. Dans ces conditions, de nouvelles élections deviennent une hypothèse possible.

Par Miloš Miloradović Kosovo, « le mot serbe le plus précieux », comme le disait à l’époque Matija Bečković, a encore démontré sa véritable valeur, quand il s’agit de former le nouveau gouvernement serbe. Milan Nikolić, directeur du Centre d’étude des alternatives, a remarqué dans la période préélectorale que l’insistance de la communauté internationale sur la solution du statut du Kosovo risquait d’être contre-productive, empêchant la formation du gouvernement et provoquant de nouvelles élections. Si l’on en juge d’après la situation actuelle, cela n’est malheureusement pas exclu. Le Parti démocratique de Serbie (DSS) a joué la carte du Kosovo dans les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous