Vreme

Serbie : l’irrésistible ascension du grand vizir Aleksandar Vučić

| |

Désormais, le nouvel homme fort de Belgrade s’appelle Aleksandar Vučić. Parti en croisade contre la corruption, le vice-Premier ministre caracole en tête des sondages. Six mois après la formation du gouvernement, tout semble lui sourire. Ses amis comme ses ennemis ne tarissent pas d’éloges... Mais que cachent ces flatteries ? Aleksandar Vučić ferait peut-être bien de se méfier.

Par Zora Drčelić S’il est un homme aujourd’hui en Serbie que personne – ou presque – ne se permet de critiquer, c’est bien Aleksandar Vučić, vice-Premier ministre et chef du Parti progressiste serbe (SNS). Qu’il affirme que l’État ne peut pas se permettre de voir le légendaire club de football l’Étoile rouge disparaître, ou que la vente de complexes agroalimentaires aux Émirats est l’une des meilleures choses qui soit arrivée à la Serbie ces vingt dernières années, personne n’y trouve à redire. C’est lui qui a réussi à régler l’affaire du monument controversé de Preševo auprès de la communauté internationale [1]. Mais il ne s’en vante pas et refuse de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous