Reporter

Serbie : L’Eglise, l’opposition et le pouvoir

| |

Il ne fait aucun doute que l’opposition s’attend à un soutien plus
ouvert de la part de l’Église, voyant en elle un puissant allié
potentiel. L’Église pourrait aussi l’aider à retrouver une confiance
extrêmement vacillante.

Par I. Samardzija Rappelons-nous, il y a près d’un an de cela, le public politique avait é té alarmé par le communiqué du saint Synode de l’Église orthodoxe serbe (SPC) expliquant que le régime devait démissionner pour le bien-être du peuple. L’importance de cette « déclaration politique » - qu’on attendait de l’Église depuis de longues années - avait fait froncer les sourcils et rougir l’oligarchie gouvernante. Ivica Dacic, porte-parole du parti au pouvoir (le SPS), avait averti les sages vieillards du Synode qu’il faudrait que "nos épiscopes aient à l’esprit le cinquième commandement ecclésiastique : Priez pour ceux qui sont au pouvoir". « (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous