Le Courrier des Balkans

Serbie, Kosovo, UE : penser autrement

|

Après des années de plomb et de sang, la mise en place d’un protectorat trop souvent synonyme de misère et corruption, une indépendance peinant à masquer un syndrome de dépendance, le Kosovo espère enfin sortir du labyrinthe des récentes guerres yougoslaves. Rappel des quelques circonvolutions d’un dédale dans lequel s’égarèrent nombre de diplomates et d’experts.

Cet article a été publié dans Le Temps, le 23 avril. Par Wolfgang Petritsch [1] et Christophe Solioz [2]. Retour en arrière. Mars 1989, Slobodan Milošević met fin à une autonomie régionale qui garantit au Kosovo la parité avec la Serbie au sein de la République fédérative socialiste de Yougoslavie. Fin des « années d’or » du Kosovo et mise en place d’un régime d’apartheid. La discrimination croissante et la répression policière exercée par les autorités serbes marginalisent le pacifiste Ibrahim Rugova et favorisent la montée en puissance de l’Armée de libération du Kosovo (en albanais UÇK). Après le massacre de Raçak (15 janvier 1999), la conférence de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous