Danas

Serbie : Exit ne doit pas perdre sa dimension politique

| |

Victime de son succès, le festival Exit s’est s’agrandi et restruturé. Mais l’envie et le message politique ne sont pas morts. Bojan Boskovic, son Directeur général, milite toujours pour la démocratie et la tolérance.

Propos recueillis par Sava Stefanovic Bojan Boskovic, directeur général du festival Exit : EXIT NE DOIT PAS PERDRE SA DIMENSION POLITIQUE L’année dernière à cette époque, à Novi Sad, on ne savait pas si Exit allait avoir lieu à cause de l’arrestation de deux dirigeants du festival : Dusan Kovacevic et Bojan Boskovic. Dans tout Novi Sad on disait alors : " Je ne donne pas cher d’Exit ”. Cette année, à l’exception de quelques remous suite à des changements au sein de l’Association et à la signature d’un protocole de collaboration avec la direction municipale, règnent la paix et le silence. Cependant, certains affirment que c’est le calme avant la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous