Danas

Serbie : entretien avec Branislav Canak, président des Syndicats unis Nezavisnost

| |

Les syndicats Nezavisnost ont fêté récemment leur dixième année d’existence, l’occasion de demander à leur dirigeant de commenter l’actualité
politique, sociale, et économique : la reconstruction de la société, les
privatisations, les changements opérés dans la législation du travail, les
rapports entre les syndicats et les politiciens, etc.

Propos recueillis par Svetozar Rakovic et Sasa Lukovic. « Il est difficile de revenir dix ans en arrière sachant que beaucoup de choses n’ont pas été faites. Cela me fait penser à l’année 1945 lorsque les partisans ont conquis la Yougoslavie. Une fois leur tâche accomplie, ils n’ont pas regardé vers le passé pour voir ce qui s’était déroulé sur la Sutjeska et la Neretva. La position de notre syndicat est toujours la même. D’un point de vue social, cela n’a aucune espèce d’importance que Milosevic soit à La Haye. La situation dans laquelle nous sommes est pire que celle que nous connaissions lorsque nous nous épuisions à lutter contre la dictature. » (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous