Danas

Serbie : désespoir social, suicide et prise d’otages

| |

Le 30 janvier, un homme de 52 ans a pris en otage trois employés du commissariat de polcie de Čukarica, à Belgrade. Il y a un an, son appartement avait été pillé. Le lendemain, un entrepreneur de 58 ans se suicidait à Kragujevac, alors que sa maison devait être saisie pour dettes. Inquiétude sociale et perte de confiance dans les institutions poussent à des actes extrêmes. Un phénomène qui pourrait s’amplifier.

Par I. Pejčić Blažimir Trifunović, 52 ans, insatisfait du travail de la police, a fait irruption lundi 31 janvier dans le commissariat de police de Čukarica, à Belgrade, armé d’un pistolet et d’une bombe. Il a pris trois personnes en otage, avant de les relâcher au terme de plusieurs heures de négociations avec les policiers. Le lendemain, à Kragujevac, l’entrepreneur Milan S. (57) se suicidait dans sa maison au moment même où arrivaient les huissiers venus confisquer sa propriété. Son avocat explique qu’il aurait commis cet acte parce que le tribunal avait estimé sa propriété à une valeur huit fois inférieur à son prix réel. Le criminologue (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous