Osservatorio Balcani e Caucaso

Serbie : « des salaires, pas des élections ! »

| |

A l’instar de la Bosnie-Herzégovine voisine, qui connaît une révolte citoyenne sans précédent depuis son indépendance, la Serbie est agitée par de nombreuses grèves. En cause, les retards récurrents dans le paiement des salaires, le manque d’accès à la sécurité sociale et aux aides des employés des usines en cours de privatisation. Les grévistes annoncent l’intensification de leur mouvement à l’approche des élections législatives, le 16 mars.

Par Tijana Morača Depuis janvier, les salariés de trois entreprises en cours de privatisation ont organisé des manifestations dans le Sud et le Centre du pays. En tout, 153 entreprises sont font l’objet d’une procédure de rachat de leurs dettes par l’État, qui est censé investir pour mieux les vendre et les privatiser. Le gouvernement serbe a promis à la Banque mondiale et au FMI que les privatisations prendraient fin avant l’été, ce qui sous-entend que les entreprises qui ne trouveront pas de repreneurs d’ici-là fermeront purement et simplement et, par conséquent, que plusieurs dizaines de milliers de salariés se retrouveront au chômage. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous