Oslobodjenje

Serbie, Bosnie : les politiques de l’absurde

| |

La Serbie vient de jouer une étonnante comédie politique, avec l’élection, vite annulée, du chef de l’extrême-droite à la tête du Parlement, et la formation in extremis d’un gouvernement... La Bosnie ne va pas mieux : toutes les réformes sont bloquées, en raison des positions antagonistes des différents partis nationalistes. Les deux pays doivent-ils toucher le fond de l’absurde pour pouvoir enfin sortir de leurs interminables crises ? L’analyse du quotidien Oslobodjenje de Sarajevo.

Par Mirko Sagolj La Serbie vient de nous offrir l’exemple classique d’une situation politique qui doit devenir absurde afin d’être résolue. En nommant Tomislav Nikolic, chef du Parti radical et voïvode des tchetniks, à la présidence du Parlement, la Serbie est en train de s’approcher de l’absurde. Les adeptes de Slobodan Milosevic - le Parti socialiste (SPS) et les « démocrates » du DSS de Vojislav Kostunica - ont même pris soin de rendre la situation encore plus absurde. En fait, il s’agit de partis qui sont en réalité des adeptes du néofascisme, et même son soutien le plus solide. Il n’y avait plus qu’un seul pas à franchir pour que la Serbie se (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous