« Bibliocide » : quand la Croatie mettait ses livres à l’index

| |

Le changement de régime en Croatie au début des années quatre-vingt-dix s’est manifesté en politique, dans l’économie du pays mais également dans les bibliothèques, par la « radiation » exceptionnelle de certains livres, que ce soit à cause de la nationalité ou d’autres détails biographiques de leurs auteurs, de leur lieu d’édition ou de leur contenu. Un collectif d’artistes a entrepris de scanner ces livres mis à l’index, et appelle les citoyens à participer en apportant leurs exemplaires.

Par Igor Lasić La radiation des livres est une procédure standard dans le fonctionnement des bibliothèques : elle consiste à se débarrasser des éditions ou des titres usés, endommagés ou devenus obsolètes, afin en général de les remplacer par de nouveaux exemplaires ou de nouvelles traductions, si disponibles. En fonction de la situation moyenne dans la branche, un quota de radiations est prescrit, c’est-à-dire un pourcentage maximal de remplacement annuel du fonds d’ouvrages endommagés. Cependant, les données officielles au sujet des bibliothèques de Zagreb pendant les années 1990, ainsi que dans les autres villes du pays, révèlent qu’au (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous