Adevărul

Schengen : la Roumanie contre-attaque

| |

La France et l’Allemagne ont demandé le report de l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’espace Schengen. En réponse à un refus d’adhésion de la Roumanie à l’espace Schengen, Bucarest pourrait dénoncer unilatéralement le mécanisme de suivi dans le domaine de la justice et même conditionner l’adhésion de la Croatie à l’UE. Teodor Baconschi, ministre roumain des Affaires étrangères, explique les mesures que la Roumanie pourrait prendre dans une interview accordée au quotidien Adevărul.

Par Ovidiu Nahoi Ovidiu Nahoi (O.N.) : Monsieur le ministre, que peut-on encore faire en vue de l’adhésion de la Roumanie à l’espace Schengen, dans le court délai qui nous sépare de mars 2011 ? Teodor Baconschi (T.B.) : Tout d’abord, nous devons maintenir notre position de principe. Les règles d’application à tout élargissement de l’espace Schengen doivent être respectées. A mon avis, ce n’est pas correct d’accepter que deux états, quels qu’ils soient, changent les règles du jeu. La lettre des ministres de l’Intérieur français et allemand comporte quelques failles de rédaction. Premièrement, elle s’adresse à la Commission, alors que la décision est (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous