Kezako / Le Courrier des Balkans

Sarajevo-Douarnenez : Allers-retours

|

Sarajevo-Douarnenez, une association qui pourrait paraître surprenante. Pourtant, des liens existent. Ursula Burger-Oesch, qui vit dans la capitale bosniaque, nous livre ses premières impressions sur la Bretagne, et le Douarneniste Pierre Favre nous raconte ses souvenirs de jeunesse, quand il construisait une ligne de chemin de fer en Bosnie, en 1947, dans le cadre des Brigades internationales du travail. Et le programme de mercredi !

Le soleil se couche trop vite à Douarnenez Par Ursula Burger Oesch Demat. Ursula eo ma anv. Première fois à Douarnenez, première fois au Festival. Je souhaite d’abord vous faire un petit aveu : même si en Bretagne la nuit tombe beaucoup plus tard que dans les Balkans, la fin du jour vient toujours trop tôt ! Journées d’une dynamique fulgurante, soirées qui n’en finissent pas de surprendre, la voilà, ma réalité douarneniste. L’ambiance est extraordinaire, les douarnenistes très accueillants. Une dimension à explorer, une réflexion que je me fais : deux régions géographiquement éloignées se découvrent soudainement des points en commun - quelques (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous