IWPR

Sandjak : la toxicomanie explose, la police regarde

| |

Le Sandjak de Novi Pazar, dans le sud de la Serbie, représente de longue date un carrefour important du trafic des stupéfiants. Depuis quelques années, la consommation locale d’héroïne explose. Pourtant, la police locale semble davantage préoccupée par la circulation automobile que par la lutte contre ce fléau.

Par Amela Bajrovic, Sladjana Novosel et Hugh Griffiths Chaque après-midi d’été, Albin, 20 ans, se rend dans un parc au centre de Novi Pazar, capitale de la région serbe du Sandjak. Dormant à même le sol dans les ruines d’un centre sportif dont la construction n’a jamais été terminée, cet adepte de l’héroïne prend une seringue et une lanière de caoutchouc et s’injecte une dose, devant une vue panoramique où le quartier général de la police et la résidence du maire figurent en bonne place. Il ignore les regards étonnés des passants. « Je pourrais me soucier un peu plus de ces gens, ils peuvent me dénoncer à la police, mais les policiers me laisseront rentrer (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous