Danas

Sandjak de Novi Pazar : le mufti et les tycoons

| |

Alors que la ville de Novi Pazar est toujours déchirée par les conflits politiques entres les différents partis bosniaques, la privatisation de la société Uniprom provoque de nouvelles tensions. Le mufti défend les droits de la communauté islamique sur le terrain, que revendiquent également deux grandes familles bosniaques. Privatisation contestée et clochemerle islamique.

Par Sladjana Novosel Aucune privatisation à Novi Pazar n’a causé autant de conflits que celle de la société Uniprom qui, le 22 juin dernier, a obtenu un nouveau propriétaire majoritaire. Pour un million et demi d’euros, 70 % du capital de cette société, autrefois renommée, a été acheté par un consortium d’entreprises privées représentées lors des enchères par le propriétaire du fameux TP Rekic, Dzemal Tahirbegovic. Selon les termes du contrat de vente, les nouveaux propriétaires sont tenus dans les six prochaines années de garder tous les employés ainsi qu’une trentaine de locaux qui se trouvent en général situés à des endroits attrayants. Un péché À (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous