Evenimentul zilei

Roumanie : les grévistes de l’usine Dacia-Renault menacés de délocalisation

| |

Les salariés de l’usine Dacia-Renault de Mioveni, située à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Bucarest, ont entamé lundi matin une grève générale pour réclamer une augmentation des salaires et des primes. Un mouvement que les dirigeants de Dacia tentent d’étouffer en brandissant, à mots couverts, la menace d’une délocalisation dans des usines indiennes, russes ou marocaines du groupe Renault.

Par Daniel Badea, Adelina Vlad et Mihaela Dincă Plusieurs milliers de salariés de l’usine Dacia-Renault de Mioveni ont entamé une grève générale à durée indéterminée lundi matin. Ils réclament une hausse de salaires de 550 lei [environ 150 euros] et une majoration des primes qu’ils reçoivent tout au long de l’année. Les grévistes justifient leur mouvement par les résultats spectaculaires enregistrés par la société Dacia [1]. Les ventes de l’usine ont augmenté de 62% en janvier et en février, correspondant à 10% des ventes totales du groupe Renault. La direction de Dacia répond que les augmentations de salaires ne pourront se faire qu’à hauteur de 144 lei [soit (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous