Capital

Roumanie : les financements douteux de la presse locale

| |

Les journalistes justifient par des financements non-orthodoxes l’existence d’un nombre de journaux supérieur à ce que le marché peut supporter.

Par Manuela Preoteasa La majorité des directeurs des journaux locaux affirme que la presse n’est pas une affaire profitable du point de vue financier : les journaux vivent très difficilement sans autres activités connexes. Mais contrairement à ces déclarations, le nombre de titres est en hausse et aucun journal n’a fait faillite… Les journaux locaux sont considérés par une série de patrons comme des machines à broyer de l’argent. Si la publication qui domine le marché d’une ville a des chances de vivre de son tirage, les autres sont considérés comme des sources très faibles d’argent. Et leurs ressources financières restent souvent inconnues. Sur 100 (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous