Romania libera

Roumanie : les crédits mal utilisés de la recherche

| |

L’année même où la recherche roumaine dispose de son budget le plus élevé depuis 1989 - 0,7% du PIB -, le leader des syndicats de la recherche, Radu Minea, se lance dans une grève de la faim. Il conteste le système de distribution du budget qui profite, selon lui, aux seules élites.

Par Andrei Luca Popescu et Cristina Dobreanu Les autorités roumaines reconnaissent que, même si la situation s’améliore, l’état de la recherche est loin d’être rose. Pour changer la donne, le prix à payer est de ne plus allouer de l’argent à tout le monde, mais uniquement à ceux qui le méritent. « La situation de la recherche a atteint la limite du supportable avec ce gouvernement qui a détruit tout ce que nous avons essayé d’entreprendre... », affirme Radu Minea. Le leader des syndicats de la recherche a commencé une grève de la faim devant le Palais Cotroceni (Présidence), consterné par le contenu du nouveau Pacte pour l’éducation [1] qui ne met pas en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous