Evenimentul zilei

Roumanie : les clubs de football sévèrement taclés par la crise mondiale

| |

Cruellement dépendant du moral et de la santé financière des entrepreneurs, le football roumain entre dans une nouvelle période de vaches maigres. Alors que six clubs de Ligue III et deux clubs de Ligue II ont été contraints de mettre prématurément un terme à leur saison, les clubs phares du pays craignent désormais pour leur avenir financier. Après la chute du communisme, de nombreuses équipes n’avaient pas survécu au passage à l’économie de marché.

Par Florin Pater, Adi Dobre et Cristian Delcea De même, le Rapid Bucureşti, l’un des géants du football roumain, est lui aussi partiellement en crise en raison de l’impasse économique. George Copos, l’actuel propriétaire du club, craint une éventuelle récession et souhaite se débarrasser du club. « L’euro s’effondre ! On meurt ! », s’est emporté le magnat il y a quelques jours. Repreneur potentiel du Rapid, le Jordanien Fathi Taher a lui même subi de plein fouet la récession, renonçant finalement au projet de rachat. Depuis plusieurs semaines, l’homme d’affaires court entre trois continents dans le but de sauver son empire économique. Ces (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous