Nouvelles de Roumanie

Roumanie : les bouilleurs de cru ne veulent pas entrer dans l’Europe... pour des prunes

|

Qui veut la peau des producteurs d’eau-de-vie roumains ? Depuis l’entrée de la Roumanie dans l’UE, ce sont plus de 30.000 distillateurs privés qui sont officiellement soumis aux taxes sur l’alcool de Bruxelles. Et les contrôles des autorités de Bucarest se multiplient. Une mesure que nombreux producteurs considèrent comme une attaque directe contre les traditions roumaines. Ces derniers ont prévenu les autorités : si aucune solution n’est trouvée, ce sont des milliers de tonnes de fruits qui seront déposées devant le ministère des Finances.

Par Henri Gillet Les Roumains ont élu pour la première fois leurs députés européens le 25 novembre dernier. La plupart ne savaient pas trop quoi attendre du scrutin. Sauf les producteurs d’eau-de-vie qui avaient, eux, une idée précise : obtenir une baisse des taxes sur l’alcool afin de pouvoir utiliser à nouveau leurs alambics. « Après les élections européennes, il faudra renégocier avec Bruxelles les conditions imposées aux fabricants d’alcool, sinon nous allons verser des tonnes de fruits devant le ministère des Finances », a prévenu Vasile Ciocan, le président de la Fédération des producteurs de palinka, eau-de-vie de prunes doublement raffinée. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous