Curentul

Roumanie : La triste poésie du gouvernement

| |

Le principal enjeu de la guerre souterraine qui, après
avoir été camouflée pendant des mois sous les fauteuils des dirigeants de
P.N.T.C.D (" le parti paysan ", principal parti du gouvernement) a fait
éruption hier sur la scène politique nationale, n’est pas seulement le
changement du premier ministre Radu Vasile. Effectivement, c’est le premier but
de ceux qui on décidé, en secret depuis plus d’un mois, le changement de
premier ministre : le Président et une partie des leaders "paysans". Le départ
de Vasile du Palais de la Victoire représente, en réalité, le moment d’une séparation
tant attendue et souhaitée au sein de P.N.T.C.D et une détermination plus
exacte du rôle que ce parti jouera par la suite.

Par Catalin Popa Seulement deux ou trois mois après sa nomination au poste de Premier ministre, les députés et les sénateurs P.N.T.C.D, après les réunions de parti, véhiculaient déjà inlassablement deux idées principales qui devenaient presque obsédantes : "nous avons un Premier ministre, mais nous ne gouvernons pas ", ou encore : " nous dirigeons le cabinet, mais nous ne soutenons pas notre propre Premier ministre ". De ce dilemme fondamental, suite auquel la presse a tiré une ligne de séparation entre deux camps baptisés ad-hoc "les talibans" et "les réformistes", le P.N.T.C.D n’a pas été capable de sortir. Au contraire, cela lui a causé (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous