Curentul

Roumanie : la confiscation des biens acquis illégalement en France, une promesse indécente

| |

La visite à Bucarest du Ministre français de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, a été, selon lui, un succès total. La partie roumaine a été d’accord avec tout ce que l’officiel français a demandé. Elle a été si généreuse qu’elle s’est même engagée à modifier la législation pénale pour que les fortunes constituées par les fauteurs de troubles roumains en France puissent être confisquées. La promesse faite aux Français restera, dans le meilleur des cas, une lettre morte. Les experts en droit sont d’avis que cette chose est irréalisable, car les fortunes des délinquants ne peuvent pas être identifiées, étant donné que sur le papier, ils sont tous très pauvres.

Par M. Iosef. Du point de vue des autorités roumaines, la confiscation des fortunes obtenues grâce à des malversations à l’étranger est possible et réalisable. L’objectif principal demeure « l’intimidation » des délinquants potentiels. Le secrétaire d’État du ministère de l’Intérieur roumain, Alexandru Farcas, a tenu à nous faire cette déclaration : « Les discussions entre les deux parties ont commencé à partir de situations concrètes découvertes en France. La police française expliquait qu’elle avait arrêté un groupe de proxénètes roumains qui, une fois tous les quinze jours, recevait la visite d’une grand-mère. Celle-ci venait de Roumanie pour collecter (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous