Rock n’ roll : Petar Popović, le Lester Bangs des Balkans

| |

Premières soirées dansantes dans le Belgrade des sixties, grands festivals hippies européens, disparition de l’État commun. Avec son éternelle moustache, Petar dit Peca Popović, c’est la mémoire vivante du rock yougoslave. Portrait d’un découvreur de talents, critique adulé qui a côtoyé les plus grands.

Par Nikola Radić « Ma génération a aimé la musique et a vécu pour la musique. » Avec son éternelle moustache, son air de professeur sévère et son phrasé singulier, Petar Popović est le pape de la critique rock yougoslave, une encyclopédie vivante de cette scène née dans les années soixante, au moment où la Yougoslavie se modernisait à vitesse Grand V et où l’appareil titiste voyait d’un bon œil ces blousons noirs, souvent fils de bonnes familles communistes. Sa génération, c’est celle qui est née en Yougoslavie après la Seconde Guerre mondiale, qui a grandi avec les Beatles et les Rolling Stones, à l’époque des premières « soirées dansantes » (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous