Rock n’ roll : Petar Popović, le Lester Bangs des Balkans

| |

Premières soirées dansantes dans le Belgrade des sixties, grands festivals hippies européens, disparition de l’État commun. Avec son éternelle moustache, Petar dit Peca Popović, c’est la mémoire vivante du rock yougoslave. Portrait d’un découvreur de talents, critique adulé qui a côtoyé les plus grands.

Par Nikola Radić Son grand amour reste néanmoins britannique : les Beatles. L’un des souvenirs les plus précieux de sa riche collection personnelle, c’est d’ailleurs une photographie signée par les quatre membres des Fab Four, que lui a offert Dezső Hoffmann, leur photographe officiel. Il y a néanmoins une question qui le taraude depuis presque 50 ans. « Je ne suis pas sûr si, sur l’île de Wight, dans une petite tente, à sept heures du matin, j’ai vu John Lennon et Yoko Ono », s’émeut-il, en évoquant le fameux festival hippie, dont la première édition a eu lieu en 1968. S’il n’a pas été à Woodstock, en 1969, il a traversé l’Europe en stop pour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous