Osservatorio Balcani e Caucaso

Rien ne va plus en Bulgarie : des élections anticipées sans espoir de sortir de la crise

| |

L’interminable crise politique que traverse la Bulgarie et le séisme bancaire qui a récemment touché la pays ont, encore une fois, confirmé ce que tout le monde savait déjà depuis longtemps : la Bulgarie est dirigée par une classe politique irresponsable et corrompue, touchée par des conflits d’intérêts récurrents et soumise au règne des puissants. Les élections anticipées d’octobre prochain ne devraient donc guère apporter de surprises...

Par Francesco Martino Les élections européennes du 25 mai ont provoqué un véritable séisme sur la scène politique bulgare : la débâcle du Parti socialiste bulgare (BSP) a sonné le glas du gouvernement dirigé par l’économiste Plamen Oresharski, condamnant le pays à une délicate phase de transition. Le Premier ministre a présenté démission mercredi 23 juillet. Retrouvez notre dossier : Vers des élections anticipées en Bulgarie : la chronique d’une faillite annoncée Les difficultés ont commencé immédiatement après la défaite du Parti socialiste. Le pays s’est retrouvé touché par la plus grave crise bancaire de ces dernières années, après celle qui (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous