Osservatorio sui Balcani

Riches et pauvres en Bulgarie : le retour de la lutte des classes

| |

L’économie bulgare va mieux, une classe moyenne émerge peu à peu, la misère extrême se réduit. Pourtant, dix-huit après la fin du communisme, la société bulgare reste profondément divisée, entre une très riche minorité, et la marge majorité qui survit difficilement. Ce retour de la lutte des classes nourrit une nostalgie croissante pour l’ancien système socialiste. La fameuse « transition » st-elle achevée ?

Par Tanya Mangalakova La société bulgare est désormais clairement constituée en classes sociales antagonistes. Dix huit ans après la chute du communisme, six groupes se distinguent dans le pays en fonction de leur niveau de consommation : les riches (8,8%), les gens à l’aise (15,7%), une classe moyenne sans problèmes matériels particuliers (29,2%), ceux dont la condition économique est précaire (24,9%), les pauvres (19,1%) et les extrêmement pauvres (2,3%). Ces chiffres, fruit d’une étude qui s’est déroulée de 1999 à 2007, ont été rendues publics le 16 décembre 2007 par les sociologues de l’institut de recherche Mediana. La division en classes, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous