Regards sur l’Est

République de Moldavie : le défi des langues et des identités nationales

|

À la veille des élections parlementaires du 5 avril, la question identitaire taraude toujours la Moldavie. Trois options continuent de dominer la scène politique : aller vers la Roumanie (c’est-à-dire vers l’Union européenne), s’orienter vers la Russie, ou plaider pour le renforcement de l’État moldave. Pour la linguiste Ana Gutu, l’identité moldave est une identité civique, mais ne peut pas devenir une identité nationale. Éclairage sur le complexe brassage linguistique de ce petit pays.

Par Ana Gutu La langue n’est pas seulement un instrument de communication, mais elle représente aussi un pouvoir du point de vue politique et social. Or, il nous apparaît que le bon exercice de la langue, aussi bien dans sa variante écrite qu’orale, mène inévitablement à la coercition linguistique. La coercition de la langue russe Ce terme juridique est proposé ici pour justifier toute une série de phénomènes sociaux ayant de longues racines linguistiques. L’histoire des sociétés modernes révèle on ne peut mieux les usages coercitifs de la langue, mise au service des pouvoirs politiques. À partir de 1812 – après l’annexion de la Bessarabie (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous