Osservatorio sui Balcani

Reprise des négociations sur l’avenir de Chypre : « parler la langue de la paix »

| |

Les premières négociations officielles entre le Président gréco-chypriote Dimitri Christofias et son homologue turco-chypriote Mehmet Ali Talat, ont commencé le 3 septembre sous l’égide de l’Onu. Elles reprennent aujourd’hui. Le chemin sera long et difficile, mais la « langue de la paix » pourrait permettre un dialogue productif. Le point sur les questions qui font problème : l’organisation du pouvoir au sein d’un nouvel État fédéral, la restitution des propriétés confisquées, le départ des soldats turcs, les relations avec l’Union européenne...

Par Gilda Lyghounis « Dans quelle langue parlerez-vous ? - Dans la langue de la paix ». C’est ce que répondait, jeudi 11 septembre, le président gréco-chypriote Dimitri Christofias à un journaliste gréco-chypriote, au début des premières négociations officielles - menées sous l’égide de l’Onu - entre les « nouveaux » leaders des deux communautés de l’île, élus lors des dernières élections, Dimitri Christophias en 2008 et Mehmet Alì Talat en 2005. Chypre est divisée depuis 1974, suite à l’invasion militaire d’Ankara qui a occupé le tiers septentrional de l’île. Cette invasion survint après une tentative de coup d’État et d’unification de l’île à la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous