Réfugiés : la Turquie signe un accord « historique » avec l’UE

|

« Une journée historique », s’est félicité le Premier ministre turc à l’issue du sommet spécial de dimanche entre son pays et l’UE. En contrepartie du plan de 3 milliards pour retenir les réfugiés sur son sol, la Turquie a obtenu de sérieuses garanties sur son processus d’adhésion. Un rapprochement qui fait débat au moment où Bruxelles dénonce la dérive autoritaire du pouvoir islamo-conservateur. Explications.

(Avec agences) Dimanche, l’Union européenne s’était mise sur son 31 pour accueillir la Turquie lors du sommet spécial sur la crise des réfugiés. Les 28 chefs d’État et de gouvernement de l’Union avaient fait le déplacement à Bruxelles alors que d’ordinaire seuls les présidents de la Commission européenne et du Conseil assistent à ces sommets bilatéraux. Le soir, le Premier ministre turc affichait un large sourire devant les caméras de télévision. « C’est un jour historique pour notre processus d’adhésion à l’UE », s’est félicité Ahmet Davutoğlu. « Nous nous attendons à un élan majeur dans nos rapports. Je pense que 2016 sera une année charnière (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous