IWPR

Réfugiés en Voïvodine : l’intégration est toujours difficile

| |

Depuis dix ans, la Voïvodine est la principale destination des Serbes qui ont quitté la Croatie et la Bosnie-Herzégovine. Pourtant, leur intégration est toujours difficile, malgré la longue tradition d’accueil de la région, terre d’immigration depuis le XVIIIe siècle.

Par Robert Vizi « Nous disons bonjour aux gens du coin et la relation s’arrête à peu près là... Ils ne nous ont jamais acceptés et ne le feront jamais ». Zora Cvijic, une réfugiée serbe venue de Croatie, s’exprime de la sorte en s’essuyant les mains sur son tablier. Elle coupe du gras de porc frais dans sa cour à Veternik. Autrefois simple bourgade de quelques milliers de personnes, Veternik a vu sa population passer à environ 20 000 habitants ces dernières années, en particulier en raison d’un afflux de réfugiés comme Zora Cvijic, qui est originaire de Tenj, dans l’est de la Croatie. Bien qu’ils soient soulagés de vivre dans une sécurité relative en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous